sur_le_seuilRésumé

 

Ce livre fantastique rempli de suspense commence de façon assez curieuse, probablement justement pour créer une ambiance mystérieuse et piquer la curiosité du lecteur pour qu’il continue à lire, technique qui, je dois l’avouer, fonctionne assez bien dans ce cas-ci. En effet, avant même que l’histoire ne commence, un narrateur qui parle à la deuxième personne du singulier, donc qui raconte l’histoire pour donner l’impression que c’est le lecteur lui-même qui est en train de vivre le moment. Ces petits passages écrits en italique vont souvent faire apparition au cours du livre.

Pour ce qui est du commencement de l’histoire, bien que la première chose dont on soit au courant est la mort de onze enfants tués par un officier de police, cela concorde bien avec tout l’aspect psychologique du roman, car Sur le seuil raconte l’histoire de Paul Lacasse, un psychiatre pratiquant depuis plusieurs années et qui est totalement blasé et découragé par son métier qu’il trouve excessivement répétitif. Il est totalement le contraire de sa collègue et meilleure amie Jeanne Marcoux, qui est une jeune psychiatre (et bientôt mère puisqu’elle est enceinte) qui, elle, a une grande passion pour sa profession.

 

C’est au moment où Paul songe à la retraite qu’il accepte de s’occuper de son dernier cas avant de prendre congé pour de bon. Cet homme du nom de Thomas Roy a été envoyé à l’hôpital où Paul pratique, car il a essayé de se suicider en se jetant par la fenêtre après s’être coupé tous les doigts. Mais, le plus intéressant, c’est que ce patient est un écrivain d’horreur adulé au Québec et assez connu puisqu’il a souvent été invité à des talk-shows. Malheureusement pour son psychiatre, Roy est dans un état catatonique, ce qui veut dire qu’il ne parle pas et ne semble pas conscient du monde qui l’entoure. Mais, le mutisme de son patient n’empêche pas le docteur Lacasse de faire des découvertes  sur Thomas Roy, comme le fait qu’il s’est inspiré d’un incident qui est réellement arrivé pour chacun des livres qu’il a écrit comme, par exemple, un incendie ou bien une mère qui noie ses deux enfants. Avec l’aide de Charles Monette, un journaliste qui a pour but d’écrire la biographie de Thomas Roy, Paul et Jeanne, qui s’intéresse beaucoup au cas de Roy parce que c’est une fan de cet écrivain, découvre que Roy était présent sur les lieux de plusieurs de ces drames. En effet, lorsque Monette appel quelques-uns des journalistes qui ont écrit les articles à propos des événements dont Roy s’est inspiré pour ses romans et deux ou trois se souviennent avoir interrogé des témoins qui avaient aperçu Thomas sur les lieux. Monette tente de persuader les deux psychiatres que l’écrivain aurait pu être présent à tous les événements desquels il s’est inspiré, mais Paul et Jeanne lui affirme que ça serait tout à fait improbable. Par contre, peu après, le docteur Lacasse découvre que Thomas a aussi assisté à deux autres de ces tragédies, soit le meurtre de neuf enfants ainsi que le massacre de deux jeunes punks.

 

Le psychiatre commence déjà à trouver toute cette affaire plutôt louche quand Roy finit par sortir de sa catatonie et recommence à parler. Évidemment, il ne dit que quelques mots comme « j’ai froid » et n’aime pas qu’on lui pose des questions ou qu’on lui rende visite. Malgré cela, Michaud, l’agent de Thomas, vient quand même lui faire une petite visite surprise. C’est lors de cette visite et à l’aide de l’interrogatoire que Michaud fait subir à l’écrivain que Paul découvre que l’auteur de romans d’horreur commençait à écrire ses textes avant même que l’événement duquel il s’inspire ne se soit réellement passé. C’est à ce moment que le docteur Lacasse réalise qu’il y a bien une possibilité que le cas de Roy soit beaucoup plus irrationnel que les autres.

Thomas Roy avoue à son psychiatre qu’il rêve souvent à un prêtre. C’est peu après cette révélation qu’un prêtre demande à voir Roy à l’hôpital. Nicole, qui est à la réception, lui dit qu’il faut d’abord demander au docteur qui s’en occupe. Le prêtre décide donc de s’en aller. Par chance, Paul apprend cette nouvelle et essaie de rattraper l’homme en soutane en courant si vite qu’il fait une crise d’angine sur le trottoir proche de l’hôpital. Il a tout de même le temps de voir le visage de l’homme et celui-ci ne correspond pas à la description que Roy lui a faite du prêtre qui apparaît dans ses rêves.

Le docteur Lacasse et sa grande amie, la docteure Marcoux, décident d’aller rendre une petite visite à la sœur adoptive (car Roy a été adopté lorsqu’il n’était qu’un bambin) du fameux écrivain. Ils lui demandent si Roy connaissait un ou plusieurs prêtres. Elle leur répond que peu après que Thomas écrive sa première nouvelle (ça n’était alors qu’un adolescent), le curé  de la petite ville de Mont-Mathieu était lui venu le rencontrer pour le prier d’arrêter d’écrire sur-le-champs.

Monette, qui semble très bon pour fouiller dans les archives de journaux, découvre qu’autrefois, un prêtre de Mont-Mathieu fut porté disparu avant d’être retrouvé mort quelques mois plus tard, un peu après que la police ait retrouvé 17 corps en état avancé de putréfaction dans la forêt. Paul décide donc que, pendant la fin de semaine où il doit se rendre à Québec pour le travail, il fera un petit détour par Mont-Mathieu pour aller parler au prêtre qui voulait venir rendre visite à Roy à l’hôpital et qui a l’air d’en savoir plus que lui sur cette histoire.

 

Entre-temps, les patients de l’aile psychiatriques de l’hôpital Sainte-Croix sont de plus en plus nerveux et les batailles entre deux individus sont de plus en plus fréquentes. Le docteur Lacasse se demande si la présence de Thomas Roy ne serait pas le déclencheur de toute cette agitation.

La fin de semaine suivante, le psychiatre se rend donc à Québec et, après avoir donné une conférence sur la schizophrénie, il se rend à Mont-Mathieu y rencontrer le prêtre qui est venu à l’hôpital quelques jours plus tôt. Comme de fait, celui-ci se doutait que le docteur aurait tôt fait de le retrouver et d’exiger de sa part des explications. Le prêtre, du nom de Lemay, lui dit qu’il était assez jeune lorsqu’il est venu s’installer au presbytère à Mont-Mathieu avec le curé, le père Boudrault et un autre prêtre qui s’appelait Pivot et qui répond à la description de l’homme qui hante les nuits de Roy.

Lacasse découvre donc, grâce au père Lemay, que Pivot avais autrefois fondé une secte. Ses fidèles et lui n’avaient qu’un seul but : atteindre le Mal. Il réussit le jour de son quarantième anniversaire, alors qu’il organise une réunion dans l’église où tous ses adeptes s’entretuent et lui, éventre une femme enceinte et en sors un nourrisson avant de mourir. Il aurait, ce soir-là, transmis le Mal à cet enfant, qui lui, a grandi et est devenu le fameux écrivain d’horreur Thomas Roy. C’est lorsque Paul apprend que le quarantième anniversaire de naissance de Roy aura lieu le lendemain qu’il commence à paniquer. Il essaie de se rendre à l’hôpital le plus vite qu’il le peut, mais il bousille sa voiture dans un accident, ce qui le ralentit énormément. Il est trop tard lorsqu’il arrive à l’hôpital, puisque tous les patients de l’aile psychiatrique sont déjà presque tous entretués, il ne reste que Jeanne, allongée sur le dos et Roy, un couteau à la main, prêt à éventrer celle-ci. Malgré le docteur qui essaie de l’en empêcher, Thomas réussit à sortir le bébé de la femme enceinte et donc, à lui transmettre le Mal. 

 

 

 

Recommandation
 

Je recommande totalement ce livre à peu près à n’importe qui, particulièrement aux adolescents, car je sais que, même si les romans d’horreur de Sénecal sont destinés aux adultes, ils sont très populaires auprès des ados. C’est sûr que Sur le seuil ne serait pas approprié pour les enfants de moins de douze ans, non seulement parce qu’il y a un côté trop violent pour des enfants, mais aussi parce que l’histoire est assez compliquée.

Même si l’histoire peut parfois sembler un peu banale au début, ce n’est que parce que l’action arrive un peu plus tard dans le livre et je crois vraiment que cela vaut le coup de le lire jusqu’à la fin, car celle-ci est excellente. Malheureusement, elle est aussi très violente, donc les cœurs sensibles devraient s’abstenir de lire ce livre, surtout tard dans la nuit, avant de se coucher, car ils pourraient avoir du mal à s’endormir.